dimanche 14 mai 2017

Sacré Macron! Et bonjour tristesse!

Triste et terne passation de pouvoirs, discours convenus, entre deux hauts fonctionnaires dont l'un a lamentablement échoué en trahissant toutes ses promesses, et dont l'autre devient président au terme d'une campagne électorale marquée par les fraudes, les trahisons et les tricheries de toute nature - tricheries des primaires, tricheries de ceux qui n'ont pas respecté le résultat des primaires, tricheries de ceux qui n'ont pas voulu participer aux primaires, et mise en scène d'"affaires" médiatico-judiciaires, tissu de fausses révélations, et d'indignations encore plus fausses.

Macron, président mal élu, président sans charisme, c'est le triomphe du jeunisme et du système français des grandes écoles, capable sans doute de former des individus aux dents longues à des carrières d'administrateurs, mais n'en faisant pas pour autant des hommes d'Etat.

Macron, c'est aussi le triomphe de financements inavoués, d'intérêts occultes et inconnus du public.

Macron, c'est enfin la victoire d'un cœur sec, insensible au destin de la France.

Il n'y a rien à attendre de Macron, sauf peut-être qu'il nous étonne en se révélant être autre chose que ce qu'il semble être aujourd'hui. C'est peu vraisemblable.

Il a plu aujourd'hui. Sacré Macron! Et bonjour tristesse!

samedi 13 mai 2017

Au fil de mes lectures ...

"... La force d'un homme d'Etat, c'est son caractère. Une seule complaisance envers les factions est un indispensable engagement avec elles. Quand on a consenti à être leur instrument, on peut devenir leur idole et leur victime, jamais leur maître. Barnave allait l'apprendre trop tard, et les Girondins devaient l'apprendre après lui ..."

Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins (livre III, XVIII)

lundi 24 avril 2017

Election présidentielle - L'orthodoxe non-croyant


Dans le fond, je le savais. François Fillon ne pouvait pas gagner. Accusé, sali, traîné dans la boue, couvert d’insultes depuis des semaines, trahi par la classe politique, trahi par les gens de son propre parti, Fillon ne pouvait pas l’emporter. C’était tout simplement impossible.

Pourtant, j’espérais. J’espérais, car je n’ai jamais cessé de garder de l’estime pour cet homme qui avait le courage de ses opinions et d’un programme qu’il savait impopulaire,  pour un homme dont je savais qu’il était injustement livré à la vindicte de l’opinion publique. Il nous faudra sans doute des années pour comprendre à quel point les accusations haineuses lancées contre lui ne reposaient sur rien, ou sur si peu de choses, pour saisir toute l’hypocrisie de ses accusateurs, et pour réaliser à quel point la France s’est trompée en se privant d’un candidat qui avait toutes les faiblesses d’un homme, mais qui en même temps avait toute la force, tout le courage, toute la conviction, toute l’étoffe et toutes les qualités d’un président. Dommage ! Dommage, mais pas pour lui ! Dommage pour nous qui n’avons pas pu ou pas su le soutenir.

François Fillon, n’en doutons-point,  a « bénéficié » de la part de la justice et des médias d’un « traitement de faveur ». De mémoire de juge, d’avocat, aucune enquête n’avait été ouverte avec une telle célérité sur la foi d’un simple article de presse, aucune affaire n’avait donné lieu à autant de violations de la confidentialité de l’enquête, aucune affaire n’avait mobilisé à l’encontre d’un homme politique autant de magistrats, de « juges » politisés, ou plus exactement, de procureurs, car les procureurs, en principe, ne jugent pas et ne rendent pas de jugements. Tout cela aurait dû inviter l’opinion à plus de circonspection, mais la circonspection n’est pas la qualité première des partisans de la loi de Lynch.

Oui, François Fillon a été lynché. Son épouse également. Elle mérite l’amour et le respect. Elle mérite les excuses de la France.

Heureusement, je n’ai pas participé à ce lynchage, je n’ai décoché à François Fillon aucun coup de pied lorsqu’il était à terre, je ne lui ai lancé aucun crachat, et encore aujourd’hui, je lui garde toute mon estime. Je continue de croire que François Fillon a été accusé injustement. L’idée même de cette injustice m’est insupportable, parce que j’ai été avocat, parce que j’ai été juge, ou tout simplement, parce que je ne supporte pas le mensonge, et que les accusations lancées contre Fillon étaient par trop mensongères. Fausses révélations, fausses indignations, et véritable complot ! Voilà toute la triste affaire.

François Fillon avait fait état de ses convictions chrétiennes. Cela aussi lui a été reproché. Pourtant, qu’y-a-t-il de plus beau que l’idéal chrétien ? Comment ne pas adhérer aux valeurs du christianisme qui touchent bien plus que le cercle des croyants et des pratiquants ?  En Russie, le dirigeant communiste Ziouganov a un jour déclaré qu’il était un « orthodoxe non croyant ». Cette déclaration avait pu paraître paradoxale, voire incompréhensible. Pourtant,  oui, il est possible de croire, mais de ne pas pratiquer une religion, de ne pas être « catho », selon l’expression méprisante, dédaigneuse utilisée par les socialistes, les francs-maçons, les athées, les ennemis de la spiritualité. Il est possible sans véritablement « croire » de partager les valeurs chrétiennes. Oui, il reste possible de croire, de croire dans l’amour de la vérité, de la justice, du bien, qui, dans la nuit du monde, doivent continuer de nous guider, et de nous mettre à l’abri des écueils, comme un feu isolé au milieu des récifs, sur une mer agitée.

Oui, François Fillon, c’était aussi cela. Il ne prétendait pas être un saint, mais simplement un chrétien, et pour cette raison aussi, je l’ai aimé.

Face à lui, un adversaire venu de nulle part qui déclare à Las Vegas (Etats Unis d’Amérique) : «  Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires ». Amour étalé de l’argent.

J’ai donc voté pour Fillon. Il est battu. C’est peut-être un mal pour un bien, car s’il avait été élu, il n’aurait sans doute jamais pu réaliser le programme de réformes qu’il proposait à la France. Il aurait rencontré l’opposition féroce, méchante, malintentionnée de tous les corporatismes,  de tous les intérêts particuliers, de toutes les ambitions contrariées, de toutes les jalousies, de toutes les haines, de toutes les insatisfactions qui se sont déchaînées au cours de son interminable lynchage.

François Fillon dont, tôt ou tard, les mérites véritables seront reconnus, n’avait donc vraisemblablement que peu de chances de réussir.

Pourquoi ai-je néanmoins tant voulu le soutenir ? Je ne suis pas membre de son parti, je n’ai pas ses idées,  je suis « souverainiste », je ne pense pas que le libéralisme sans frontières puisse offrir une quelconque solution.  Pourtant, je l’ai aimé – je l’ai dit – pour ses valeurs qui étaient aussi les miennes, je l’ai aimé parce que c’était un homme injustement traîné dans la boue, je l’ai aimé parce qu’il était trahi, je l’ai surtout aimé parce que j’ai senti en lui, au-delà de ses convictions européennes, un amour charnel, inexplicable, presque irrationnel de la France. Et je voudrais lui dire aujourd’hui que son calvaire n’aura pas été vain.

J’aime Fillon. J’aimerais l’accueillir à tout moment, j’aimerais le réconforter, j’aimerais lui dire à quel point nous sommes frères.

Néanmoins, je ne suivrai pas les consignes de vote qu’il a données au soir du premier tour, car je ne peux pas voter pour la mondialisation, je ne peux pas voter pour le culte de l’argent, je ne peux pas voter pour la négation de la France. Je suis peut-être, ou sans doute, minoritaire.

Qu’importe ! Minoritaire, je l’ai toujours été ! J’appartiens à ce carré des derniers Français, des derniers citoyens libres qui sont morts à Waterloo, sous la mitraille anglaise, sous les charges prussiennes, mais qui sont morts la tête haute, et non pas fuyards, écrasés, enfoncés, étouffés dans la boue, sous les roues des chariots de la débâcle, poussés par les mufles bataves, prussiens et anglais!

Non à Macron ! Non à la mondialisation ! Vive la France ! Avec le dernier carré, je dis « merde », «merde », « merde » à la République, »merde » aux socialistes, « merde »  à tous ceux qui se disent « en marche» , qui ne vont nulle part et qui veulent m’écraser!